Connect with us

Que recherchez-vous ?

Actu

Confinement : la planète respire, mais après ?

Voilà des semaines que la moitié de l’humanité est confinée et des semaines que l’on entend que « la nature reprend ses droits ». De nombreuses fake news ont circulé à ce sujet, mais force est de constater que la pollution baisse et que les animaux profitent de notre absence. L’épidémie de coronavirus, en ayant réussi à stopper le tourisme international et à mettre l’industrie à l’arrêt, montre plus que jamais à quel point l’être humain modifie la planète. Evidemment, c’est l’aspect positif de cette pandémie. Certains la voient comme une alerte, un ultime signal envoyé par la terre pour amener l’humanité à réfléchir, à changer, à entamer la 3ème révolution. Je vous invite d’ailleurs à écouter le magnifique texte de Fred Vargas lu par Charlotte Gainsbourg, qui date pourtant de 2008.

Une prise de conscience, enfin !

Plusieurs voix se sont élevées pour réclamer cette réflexion qui doit mener à l’invention d’un nouveau monde. Repenser notre modèle économique, notre rapport aux autres, arrêter cette course folle à la croissance, remettre la solidarité et l’humain au coeur d’un nouveau monde plus responsable, en voilà un vaste chantier ! Le monde que l’on a connu est à l’arrêt, alors pourquoi ne pas le réinventer en effet ?

En paroles, sauf quelques inconscients, on est tous d’accord : si on continue comme ça on va droit dans le mur. Il faut la faire et la réussir cette 3ème révolution ! Nous n’avons déjà que trop attendu. Nous sommes restés sourds et aveugles trop longtemps devant des signes pourtant bien visibles.

Cependant, et heureusement, une partie de l’humanité, consciente de l’urgence, était déjà en train de changer. Or, si chaque geste, chaque initiative compte, les démarches individuelles ne sont pas suffisantes. Réussir une révolution ce n’est pas trier ses déchets, consommer local et éteindre la lumière en sortant, même si la caricature est un peu grossière. Il est évident qu’il faut aller beaucoup plus loin ! Mais la situation actuelle va-t-elle mettre un coup d’accélérateur ou un coup de frein à cette transition écologique ?

Etat d’urgence climatique et récession économique, qui gagne ?

Des choix capitaux pour la relance

La pandémie de Covid-19 qui touche la planète a engendré une récession économique mondiale. Les dernières prévisions du FMI montrent la violence de la contraction de l’activité économique que connaissent actuellement les pays à travers le monde mais aussi l’importance des mesures de soutien et de relance que doivent adopter les gouvernements et les banques centrales.

Alors que le déconfinement approche en France et qu’il a déjà commencé chez certains de nos voisins, après avoir été appliqué en Corée, en Chine, à Singapour ou au Japon, une question se pose : la tentation de relancer l’économie à tout prix ne va-t-elle pas faire oublier la volonté de la repenser ? Après avoir laissé respirer la planète, l’humanité déconfinée pourrait causer un désastre environnemental dans sa tentative de relance. La chute du cours du pétrole, la crise boursière et la récession ne sont en effet pas à la faveur d’avancées écologiques. 

Qu’en est-il alors de notre prise de conscience ? D’autant qu’il faut voir cette mutation de notre monde comme une urgence mais aussi comme une opportunité économique. En effet, la transformation du système énergétique et l’investissement dans les énergies renouvelables pourraient accroitre le PIB et créer de l’emploi à l’échelle planétaire.

Des convictions fragiles

Cependant, quand on voit la queue provoquée par la réouverture du Mc Do, les actionnaires qui ne renoncent pas à leurs dividendes et autres éléments révoltants, on peut avoir des craintes concernant les choix économiques et sociétaux qui seront fait pour relancer la machine.

Par ailleurs, la situation actuelle a fait renoncer certains à leur consommation responsable. On note en effet une augmentation des ventes de plats à emporter et des bouteilles en plastique ainsi qu’un regain d’amour pour les couverts et sacs à usage unique.

Enfin, il ne faut pas oublier que la pause que nous avons été contraints d’accorder à notre planète n’a aucun impact sur le réchauffement climatique. Une baisse temporaire des émissions de dioxyde de carbone n’a pas d’effet sur le long terme.

Ainsi, si tout n’est pas perdu, il est cependant légitime de nuancer toutes ces belles paroles sur la nécessité de tout repenser avant qu’elles ne s’envolent.

Écrit par

Rédactrice Freelance et cavalière depuis des années, je partage ma vie entre mon clavier et mes chevaux. Lectrice, droguée à la radio, touche à tout, je m'intéresse à de nombreux domaines et j'adore me documenter sur tout type de sujets. Je milite d'ailleurs pour que les journées fassent plus de 24h ! Si vous souhaitez retrouver mes articles prêts à publier ou me passer commande pour un contenu sur mesure, rendez-vous sur Wriiters.

Vous aimerez aussi

Littérature

Tandis que nos amis les bourgeois s’étalaient en journaux bucoliques dans nos grands quotidiens subventionnés par nos impôts, la France vivant une version différente...

Société

La pandémie que nous vivons est inédite. Pour faire face à la crise, les élans de solidarité se multiplient. Si l’épidémie de Covid-19 révèle...

Actu

Ni la chloroquine, ni son dérivé l’hydroxychloroquine ne se montrent efficaces contre le Covid-19. L’étude parue le 21 mai dans The Lancet, revue scientifique...

Actu

Sommaire0.1 Le 20 mars dernier, la proposition du ministre de l’Économie Bruno Le Maire avait trouvé écho dans les entreprises de la grande distribution....

Soutenez le magazine