Connect with us

Que recherchez-vous ?

Santé

Contraception masculine : des nouveautés pour 2020 ?

les spermatozoides à l'épreuve de la contraception masculine

Le paysage contraceptif est en train de changer. De plus en plus d’hommes se préoccupent de leur fertilité et cherchent à prendre en main leur propre contraception. Malgré cette envie, les moyens de contraception pour homme restent marginaux et difficilement accessibles. Le coït interrompu ou retrait, l’abstinence et le préservatif masculin sont actuellement les seules méthodes contraceptives librement disponibles pour les hommes qui souhaitent choisir le moment de faire un enfant. 2019 a été l’année des annonces concernant la commercialisation de moyens contraception masculine. Où en sont le RISUG, le Vasalgel et la pilule pour homme en 2020 ? Les hommes sont-ils prêts à avoir une contraception ? Quelles sont les alternatives ? Il est temps d’en savoir plus sur la question.

Risug et Vasalgel : une commercialisation imminente ?

Ces deux méthodes sont proches dans leur conception. Elles consistent à injecter un polymère (styrène anhydride maléique), sous forme de gel, dans l’appareil génital masculin. Inventé en 1979 par une équipe de chercheurs indiens, le RISUG (Reversible Inhibition of Sperm Under Guidance) permet de boucher les canaux déférents qui conduisent les spermatozoïdes.

Comment ça se passe concrètement ? Grâce au bouchon de polymère injecté à la sortie des testicules, les spermatozoïdes ne se mélangent pas au liquide séminal : l’homme jouit et éjacule normalement mais son sperme est stérile. Réversible au bout de 13 ans ou par une nouvelle injection de dissolvant, cette méthode semble la moins contraignante des moyens contraceptifs mis au point à ce jour pour les hommes.

Fin 2019, le RISUG a fait le buzz : 40 ans après l’invention du procédé, les autorités sanitaires indiennes autorisaient enfin sa commercialisation en Inde. Nous attendons toujours les résultats de cette mise à disposition du premier moyen de contraception masculine médicalisé réversible. Aucune de ces deux méthode n’est actuellement commercialisée en France.

le préservatif masculin est un super héro en costume

Le préservatif reste le super héro de la contraception masculine. Image by Jorge Jimenez from Pixabay

Pourquoi la possibilité de commercialisation des contraceptifs pour homme est-elle si longue à venir ?

En Inde, il aura fallut au créateur du RISUG près de 40 ans de lutte pour faire reconnaître sa méthode par la communauté scientifique. Le Vasalgel, quant à lui est étudié depuis de nombreuses années aux USA et a déjà été testé auprès de plusieurs centaines de patients. Les résultats obtenus sont convaincants :

  • efficace à 100%,
  • pas d’effets secondaires à court et à long terme,
  • réversible.

Le temps entre la mise au point d’une méthode contraceptive et sa mise à disposition sur le marché semble incroyablement long. Au rythme où vont les choses, aucun dispositif contraceptif masculin ne devrait être mis sur le marché avant 2030. Outre le temps nécessaire pour réunir les fonds pour effectuer les recherches et les autorisations pour pratiquer les tests cliniques, sans oublier les délais pour valider l’autorisation de mise sur le marché, on est en droit de se demander si la lenteur de la mise au point d’une contraception masculine valable et largement diffusée n’est pas liée à un blocage venu d’ailleurs ?

L’industrie ne semble pas convaincue de la pertinence du marché potentiel de la contraception masculine, qui représente peu d’intérêt pour les compagnies pharmaceutiques. L’injection d’un gel contraceptif durable, vendu à un client une fois tous les 10 ans, ne semble pas être une manne très intéressante pour l’industrie pharmaceutique.

La mise sur le marché d’une pilule contraceptive masculine, consommable à acheter régulièrement, semble être un produit pharmaceutique plus intéressant financièrement, mais les recherches sont encore au stade expérimental. L’arrivée de la contraception masculine promise pour 2020 semble donc encore reportée.

Mais au-delà de ces considérations, les hommes souhaitent-ils, oui ou non, disposer de moyens contraceptifs dont ils ont le contrôle ?

un homme spermatozoïde semble lutter contre un ovule

Les hommes se sont-ils enfin appropriés la question de la contraception ?

Risug et Vasalgel : pour ou contre ?

En France, selon plusieurs sondages réalisés ces dix dernières années, plus de 60 % des hommes se disent prêts à utiliser une contraception. Deux hommes sur trois sont donc prêt à passer à l’acte, mais concrètement, lorsqu’on parle d’injection de gel contraceptif à un homme à priori favorable à la contraception masculine, sa première réponse est souvent : “Je n’ai jamais entendu parler de cette méthode !”.

Pourtant, lorsqu’ils découvrent les nombreux avantages du Vasalgel ou du Risug, les hommes interrogés émettent un avis favorable et envisagent la possibilité d’utiliser ce type de contraception :

  • pas d’opération chirurgicale,
  • pas d’effets secondaires connus,
  • pas d’hormones,
  • pas d’oubli possible dans la prise d’un contraceptif,
  • réversibilité,
  • phase de test aboutie et commercialisation bientôt possible.

Pour une contraception libre et équitable : le besoin est exprimé

Inutile de plonger dans les eaux troubles de la généralisation : les hommes adoptent différentes postures face à la contraception. Il y a ceux qui préfèrent ne pas s’embêter avec une contraception contraignante, qui considèrent que la contraception est une affaire de femmes. Pour d’autres, la question reste ouverte : ils sont conscients que les femmes en ont ras le bol de s’injecter des hormones ou de subir des dispositifs utérins pas toujours aussi bénins qu’on veut bien le dire.

Et puis il y a des hommes pour qui la contraception masculine est un besoin. Une partie croissante de la gent masculine a compris le message des féministes et lutte à leurs côtés pour plus d’égalité entre les hommes et les femmes. Pour eux, la charge contraceptive doit être partagée, notamment au sein du couple, et ils se sentent prêts à prendre le relais.

Pour ces hommes, le Risug et le Vasalgel représentent une réelle opportunité.

Les principales résistances à la contraception masculine

L’acceptabilité d’une contraception pour homme est principalement freinée par trois éléments :

  • un manque d’information général et notamment par le milieu médical,
  • une peur de procédés intrusifs sur le corps ou de la toxicité des substances,
  • la non-disponibilité de dispositifs contraceptifs masculins sur le marché.

Le Risug semble contourner la résistance personnelle et psychologique. Théoriquement, contrairement à la pilule masculine, cette méthode semble ne comporter aucun effet secondaire. L’intervention, même si l’idée d’enfoncer une aiguille dans les testicules peut rebuter la majorité, est moins lourde que la vasectomie et présente l’avantage d’être réversible.

plaquette de pilules contraceptives posées sur une table

À quand la pilule contraceptive pour homme ?

Les hommes ont-ils peur de la contraception ?

Avant de tenter de répondre, souvenons-nous qu’une autre question parallèle existe : les femmes ont-elles peur de la contraception ? La contraception semble donc être davantage une question de contrainte biologique, de choix contraceptif et pas vraiment de plaisir personnel. Que les hommes soient réticents à utiliser une contraception masculine est donc tout à fait compréhensible.

Les effets indésirables des contraceptifs ne sont plus à démontrer et ressentir une réticence à utiliser des moyens contraceptifs est un sentiment bien connu par beaucoup de femmes. Appréhender un examen gynécologique et craindre la pose ou le retrait d’un stérilet fait parti du passage obligé de la contraception féminine. Pourquoi les femmes ont-elles enduré tout ça sans broncher depuis plus de 50 ans ? Parce qu’il n’existait pas d’autre solution. Il semblerait donc que la situation soit en train de changer.

Éliminer un maximum de contraintes, c’est ce qui a fait la gloire des implants ou des stérilets hormonaux : les femmes rêvent d’une contraception plus légère. Quand on met la contraception au milieu de la table, on se rend compte que finalement, dans leurs envies et leurs craintes, les hommes et les femmes ne sont pas si différents qu’on veut bien le laisser croire.

Les méthodes de contraception masculine naturelle

Malgré tous les avantages cités, le Risug a ses détracteurs. Pour certaines personnes, il est difficile d’envisager l’injection d’un polymère dans leur appareil génital. Pour ceux-là, il existe une contraception masculine alternative et plus naturelle : la contraception thermique par remontée testiculaire.

Cette technologie est née de l’immobilisme des laboratoires pharmaceutiques. En effet, la contraception masculine s’est développée en France depuis les années 80, poussée par des hommes pro-féministes pour qui l’égalité homme-femme passait par un partage de la question reproductive. Différentes méthodes ont été testées, par des volontaires et des passionnés, et les recherches menées au CHU Toulouse, par le Dr Mieusset, ont permis de mettre au point le protocole de la Contraception Masculine Thermique (CMT), qui garantit une contraception réversible, efficace et sans effets secondaires. C’est une méthode contraceptive douce et physiologique.

Cette méthode fait beaucoup parler d’elle ces dernières années, moins parce qu’elle est naturelle que parce qu’elle est actuellement la seule méthode contraceptive masculine disponible, en dehors de la vasectomie et du préservatif masculin. En attendant le Risug ou la pilule masculine, les convaincus et les impatients essayent déjà le slip chauffant ou l’Andro Switch : accessibles, simples et sûrs.

Est-il nécessaire de préciser que ces dispositifs ne sont pas diffusés dans les pharmacies ? En effet, le processus d’autorisation de mise sur le marché (AMM) n’est pas adapté à cette catégorie de dispositifs. À notre époque, il semble évident qu’attendre une réaction rapide des pouvoirs publics en matière de santé est peine perdue. Qu’il s’agisse de fabriquer des masques ou des slips contraceptifs, le temps des machines à coudre et de l’huile de coude est revenu. Tous à vos ouvrages !

En savoir plus :

Tous les moyens de contraception masculine :

https://www.urofrance.org/congres-et-formations/formation-initiale/referentiel-du-college/contraception-masculine.html

https://www.has-sante.fr/jcms/c_1757909/fr/contraception-chez-l-homme

Le site de l’ARDECOM, Association pour la Recherche et le DEveloppement de la COntraception Masculine

Des témoignages d’hommes contraceptés :

https://www.lesinrocks.com/2019/06/27/actualite/societe/on-a-rencontre-des-hommes-utilisant-la-contraception-masculine/

https://www.madmoizelle.com/contraception-masculine-temoignages-hommes-1052976

Écrit par

Rédactrice web tout-terrain et éditrice de sites, la stratégie de contenus est devenue pour moi une seconde nature. Retrouvez mes articles en vente sur mon profil Wriiters. Traqueuse de buzz et d'innovations en tous genres, je remercie Rodrigue d'avoir créé ce blog collaboratif libre auquel je suis ravie de participer, quand le temps me le permet…

Vous aimerez aussi

Soutenez le magazine