Connect with us

Que recherchez-vous ?

Bien-être

Mal de dos : le prévenir et le soulager naturellement

un dos avec une colonne vertébrale et des omoplates visibles

Selon l’OMS, 80 % de la population a souffert, souffre ou souffrira de douleurs dorsales. La taille de plus en plus grande des êtres humains et la sédentarité aggravent ce phénomène. Tout autant que le stress ambiant et le monde en perpétuelle accélération. Les organismes subissent à longueur de temps et finissent par se rebeller. Le dos, siège des émotions inconfortables, s’installe en pôle position de cette rébellion.

Un peu d’anatomie

croquis d'une colonne vertebrale avec ses disques et ses vertebres

Un enchevêtrement de disques, vertèbres, ligaments et tendons constituent la colonne vertébrale.

Le « mal de dos » constitue un terme générique qui signifie souvent une douleur à la colonne vertébrale. Cette véritable charpente du corps est le fruit d’un enchevêtrement complexe de tissus mous et durs qui se grippent au moindre grain de sable.

D’un point de vue purement osseux, la colonne vertébrale se compose de vertèbres :

  • 7 vertèbres cervicales ;
  • 12 vertèbres thoraciques ;
  • 5 vertèbres lombaires ;
  • 5 vertèbres sacrées soudées.

Toutes ces vertèbres s’alignent à la verticale et s’imbriquent dans le coccyx, sous le sacrum.

Pour maintenir tout cela, chaque articulation vertébrale comporte des tendons, des disques, des ligaments et des muscles. Les tendons assurent la mobilité des articulations tandis que les disques amortissent les chocs des différents mouvements. Les muscles produisent les mouvements alors que les ligaments assurent la cohésion entre les différentes parties. Toutes ces composantes protègent la colonne et en garantissent le bon fonctionnement.

Mais voilà, parfois le système s’enraye et la douleur se déclare.

Aïe ça fait mal, les pathologies communes du dos

Le terme « mal de dos » désigne un grand nombre de pathologies dorsales différentes. De la nuque à la région fessière, passage en revue des douleurs du dos.

point de douleur dans le bas du dos, au niveau des lombaires

Le terme « mal de dos » englobe de nombreuses myalgies dorsales.

L’arthrose, une question de cartilage

L’arthrose constitue la douleur articulaire la plus fréquente. À l’âge de 35 ans, et même en l’absence de douleurs, la pathologie arthrosique est présente chez 40 % des individus, et cette proportion s’élève à 100 % au-delà de 70 ans. Certes, l’arthrose dorsale n’est pas la plus fréquente, mais elle reste significative. Elle se caractérise par une usure du cartilage, entraînant le frottement et la dégradation progressive des tissus osseux. Les causes principales de l’apparition de l’arthrose sont liées à des mouvements répétés, une surcharge pondérale ou des déséquilibres alimentaires.

Le lumbago, le résultat d’un effort

Le lumbago affecte la partie inférieure du dos, au niveau des lombaires. Cette forme de douleur soudaine et persistante se nomme parfois « tour de reins » en raison de sa localisation. Cette pathologie se manifeste par une douleur brutale ou un blocage des mouvements. Souvent produit par une rotation excessive, il entraîne une fissure d’un disque intervertébral. Cette dernière engendre la douleur.

La sciatalgie, la plus étendue

Le terme sciatalgie englobe toutes les douleurs provenant de la zone autour du nerf sciatique. Elle engendre une douleur rayonnante qui court le long du nerf. Son irradiation s’étend de la région fessière jusqu’à la jambe et dans de rares cas, le pied. Elle survient à la suite d’une compression du nerf entraînant des sensations de brûlure, d’électricité ou de picotements. La sciatalgie ne s’étend généralement que d’un seul côté.

La cervicalgie, le sommeil en cause

Mot quelque peu barbare, la cervicalgie correspond au traditionnel torticolis. Ce « cou tordu » résulte d’une contraction musculaire qui empêche la tête de se tenir droite. Le muscle tendu ne peut supporter le mouvement sans provoquer des élancements dans le cou et parfois dans la tête et le haut du dos. Douloureuse, la cervicalgie est généralement causée par une mauvaise posture pendant le sommeil.

La discopathie, un problème de disques

La discopathie provient de la détérioration progressive des disques intervertébraux. Le niveau lombaire est souvent le premier touché, mais la colonne entière est impactée par ce mal. L’usure des disques découle du temps, mais aussi des efforts répétés sur les mêmes parties de la colonne vertébrale.

La hernie discale, un mal commun

La hernie discale fait partie des maux de dos les plus communs. Elle résulte de la saillie d’un des disques. Son apparition découle souvent de l’usure des disques. Cependant, le port de charge ou les efforts violents provoquent aussi ce phénomène. Les douleurs constatées proviennent de l’irritation des nerfs voisins.

La lombalgie, le trouble de la posture

La lombalgie caractérise les myalgies situées au niveau des lombaires. L’origine de la souffrance est généralement le froissement d’un muscle ou l’entorse d’un ligament. Une mauvaise posture ou la manipulation d’un objet lourd favorisent l’arrivée de la douleur.

Un spécialiste pour chaque cause

un massage dorsal pour soulager les douleurs

Le massage est une thérapie naturelle et douce pour soulager les maux de dos.

Chaque myalgie dorsale est unique. Si les traitements ont quelques similitudes, les praticiens spécialisés diffèrent néanmoins. Attention à bien s’assurer qu’il ne s’agit que d’une douleur dorsale. En cas de faiblesse musculaire, de picotements, d’engourdissement, de fièvre ou de toute autre forme de gêne, une consultation médicale s’impose.

Une fois toutes les maladies écartées, les myalgies dorsales sont soulagées et soignées par :

  • Le kinésithérapeute qui s’appuie sur des techniques rééducation.
  • L’ostéopathe qui manipule les os et les muscles de la colonne vertébrale.
  • L’acupuncteur qui équilibre les énergies vitales de l’organisme.
  • Le rhumatologue qui traite les troubles articulaires, dont l’arthrose.
  • Le posturologue qui corrige les postures du corps.
  • Le chirurgien qui répare les tissus trop endommagés.

Et le psychologique ?

poids sur la colonne vertébrale

L’état psychologique influe sur les douleurs dorsales.

Situé au cœur des énergies, le dos exprime aussi des sentiments. Chaque type de myalgie résulterait alors d’émotions intérieures.

Selon Lise Bourdeau [1], les douleurs dorsales proviennent d’un manque de soutien de l’entourage. Elle va cependant plus loin et les catégorise :

  • Une douleur dans le bas du dos correspond à la difficulté de garder sa liberté.
  • Une douleur dans le milieu du dos caractérise le sentiment d’insécurité matérielle.
  • Une douleur dans le haut du dos concorde avec une insécurité affective.
  • Un lumbago montre des difficultés à assumer ses responsabilités.
  • Une hernie discale exprime un sentiment de dévalorisation.
  • Une douleur aux omoplates trahit un manque de reconnaissance.

Sans pour autant aller jusque là (à vous de voir si cela correspond à vos douleurs), il n’en reste pas moins qu’un grand nombre d’expressions font référence au dos et à ses douleurs. « En avoir plein le dos » ou « en avoir par-dessus les épaules » traduit ce sentiment d’inconfort et de frustration.

Des remèdes naturels pour un soulagement véritable

En cas de douleurs dorsales, plusieurs solutions « classiques » s’offrent à vous. Antidouleurs, anti-inflammatoires ou relaxants musculaires entrent dans la composition de nombreuses pharmacies personnelles. Malheureusement, ces substances ne sont pas dénuées d’effets secondaires, parfois graves. Avant de recourir à ces molécules allopathiques, certains remèdes soulagent efficacement la douleur.

un pilon et un portier pour préparer des huiles essentielles

Les produits naturels soulagent les douleurs du dos.

L’aromathérapie et ses applications diverses

Le pouvoir des huiles essentielles est connu depuis la nuit des temps. L’aromathérapie fait d’ailleurs partie des remèdes ancestraux les plus sûrs. Parmi les nombreuses huiles disponibles, certaines ont des vertus anti-inflammatoires ou antidouleurs qui soulagent les douleurs dorsales.

Pour toutes les myalgies du dos, l’huile essentielle de gaulthérie couchée réduit durablement les douleurs et les inflammations. Elle possède, en effet, un composé proche de l’acide acétylsalicylique, la molécule de l’aspirine. Toutefois, cette huile s’utilise avec prudence, car elle comporte de nombreuses contre-indications.

L’arthrose réagit très bien aux massages avec un mélange d’huile essentielle de gaulthérie couchée et d’immortelle.

Les douleurs sciatalgiques sont soulagées avec de l’huile essentielle de menthe poivrée ou d’eucalyptus citronné.

Des compléments alimentaires pour prendre soin des articulations

La nature propose tout ce dont vous avez besoin pour soulager votre dos. Certaines plantes regorgent de vertus destinées à améliorer votre quotidien.

Du côté de la phytothérapie, l’harpagophytum, les feuilles de cassis et la reine des prés soulagent les articulations trop raides. Ces plantes préservent aussi leur souplesse. Elles sont souvent utilisées pour les douleurs arthrosiques.

Pour décontracter les muscles, misez sur la valériane. C’est la plante la plus myorelaxante de la pharmacopée traditionnelle. L’achillée millefeuille produit des effets similaires, mais un peu moins prononcés. Pour les plus téméraires, la bugle, tombée en désuétude à la Renaissance, apaise également les contractures.

Pour les compléments plus traditionnels, le curcuma s’impose comme l’anti-inflammatoire de référence. Il se complète parfaitement avec des oméga 3, aussi réputé pour leurs vertus anti-inflammatoires.

Les points de pression pour soulager

Depuis quelques années, l’acupuncture et l’acupressure font leur retour en force. Ces médecines traditionnelles chinoises stimulent des points précis de l’épiderme pour favoriser une bonne circulation de l’énergie vitale. L’acupuncture utilise de fines aiguilles pour stimuler ces points tandis que l’acupressure recourt aux pressions digitales. Dans tous les cas, la manipulation réduit la douleur en rétablissant l’harmonie de l’organisme.

La chaleur pour détendre

La chaleur améliore la circulation sanguine grâce à un effet de vasodilatation. Les artères se relâchent et la zone bloquée se remet en marche. Les muscles se détendent et favorisent l’élasticité des tissus. La chaleur apporte ses effets bénéfiques sur les contractures et les douleurs mécaniques. Une simple bouillotte peut donc déjà soulager certaines douleurs.

Mieux vaut prévenir que guérir : des conseils d’expert

Le remède le plus efficace consiste toutefois à ne pas avoir mal au dos. Pour prévenir l’apparition de telles myalgies, quelques changements (mineurs) dans votre mode de vie s’imposent.

une femme endormie sur une literie de qualité

Une literie de qualité offre un meilleur soutien à la colonne vertébrale.

De meilleurs mouvements pour préserver le dos

Les mouvements répétitifs ou les contraintes violentes mettent le dos à rude épreuve. Si ces mouvements sont mal exécutés, ils aggravent le problème. Dans la vie quotidienne, adapter vos mouvements aux contraintes dorsales est dès lors indispensable.

Les tâches ménagères affectent quotidiennement la colonne vertébrale. Le plan de travail de votre cuisine doit se situer suffisamment haut pour ne pas vous obliger à voûter votre dos. Pour vous libérer des contraintes, préférez les meubles à roulettes, les sacs à dos plutôt que ceux en bandoulière et choisissez correctement vos outils de travail. Un manche suffisamment long, pour le balai ou la bêche, relâche déjà le dessus de votre colonne vertébrale.

Une bonne posture pour soulager les articulations

Que ce soit la position debout ou la position assise, de mauvaises habitudes engendrent des douleurs chroniques.

Lorsque vous êtes debout, tenez-vous droit. La tête se positionne dans le prolongement de la colonne et le cou se place à la verticale. Le ventre et les fesses rentrent naturellement pour éviter de creuser à la partie inférieure du dos. Sachez également qu’un mauvais appui au niveau du sol engendre un déséquilibre de la colonne et par conséquent des douleurs. Ce type d’appui déséquilibré se remarque facilement à l’usure inhabituelle des semelles de chaussures.

En position assise, vous n’êtes pas non plus à l’abri d’un déséquilibre de la colonne. Vous devez garder toutes les parties de votre colonne vertébrale correctement alignées. De même, le bas du dos se glisse au fond du dossier de la chaise. Sachez que croiser les jambes déséquilibre la colonne vertébrale et engendre des douleurs. Pensez également à placer correctement votre écran d’ordinateur pour ne pas avoir le cou tendu ou crispé.

Une bonne position pour dormir comme un bébé

En moyenne, un adulte passe 1/3 de sa vie dans son lit. La façon dont vous passez vos nuits influe donc sur la bonne santé de votre dos.

En premier lieu, votre literie doit épouser les formes de votre corps. Un matelas trop mou ne soutient pas assez votre dos. Au contraire, un matelas trop dur lui apporte des contraintes. D’un point de vue kinésithérapique, le matelas à mémoire de forme est celui qui répartit le mieux les points de pression.

Ensuite, votre position de sommeil nécessite des aménagements particuliers.

Si vous dormez sur le côté, optez pour un matelas ferme, mais pas dur. Ensuite, placez un oreiller sous votre tête et un coussin entre vos genoux.

Si vous dormez sur le ventre, choisissez une literie plutôt dure. Installez également un oreiller sous le bas de votre ventre afin de maintenir correctement les hanches et le bas de la colonne. Notez cependant que cette position n’est pas favorable au squelette humain en raison de la rotation du rachis cervical qu’elle entraîne.

Enfin, si vous dormez sur le dos, choisissez une literie plutôt souple, mais pas molle. Placez un oreiller sous votre tête, mais également sous vos omoplates afin d’éviter un étirement du cou et des premières vertèbres. Enfin, un coussin sous les genoux peut améliorer votre circulation sanguine.

Un petit tour dans l’assiette pour entretenir votre capital santé

La bonne santé du dos passe avant tout par l’assiette. Votre colonne vertébrale nécessite certains nutriments pour bien fonctionner.

Afin de soulager et de prévenir les myalgies dorsales, choisissez des aliments au pouvoir anti-inflammatoire. Les oméga 3, des poissons ou de l’huile végétale sont reconnus pour cette vertu. Il en va de même pour les myrtilles et le raisin. Les fruits et légumes comportent aussi de nombreux antioxydants qui luttent contre les radicaux libres et l’inflammation qu’ils engendrent. Enfin, agrémentez vos plats de fines herbes et d’épices qui présentent également des vertus contre l’inflammation ou la douleur.

Dans tous les cas, limitez les aliments pro-inflammatoires. Les glucides raffinés, les aliments frits, la charcuterie, les aliments préparés ainsi que les viandes grasses aggravent les pathologies dorsales.

Tout comme le corps de manière globale, la colonne vertébrale a besoin d’une bonne hydratation. Le noyau des disques intervertébraux est en effet composé de 80 % d’eau. L’hydratation profite également aux muscles, qui assurent le maintien de la colonne. Ils soulagent le poids qui pèse sur les vertèbres. L’eau élimine aussi les toxines, qui sont des molécules pro-inflammatoires.

Un peu (beaucoup) de sport pour muscler le dos

La sédentarité provoque des problèmes dorsaux. Il y a quelques décennies, bouger était naturel. Aujourd’hui, malheureusement, la plupart des professions sont sédentaires. De plus, les évolutions technologiques limitent les déplacements.

De ce fait, les muscles du dos sont de moins en moins sollicités. Avec le temps, ils s’affaiblissent. Ils ne travaillent plus correctement et ne protègent plus votre dos. L’immobilisme mène donc, à terme, à des douleurs dorsales chroniques.

Notez qu’il n’y a pas besoin d’opter pour des sports extravagants pour obtenir des résultats. La marche et la natation musclent déjà parfaitement le dos. A contrario, certains sports, comme le golf, le basket-ball ou le tennis, abîment le dos en raison de mauvaises postures ou de chocs répétés.

Une hygiène de vie au top pour mettre toutes les chances de votre côté

Le dos est également sensible à l’hygiène de vie de manière globale. En effet, certaines mauvaises habitudes ont des répercussions notables sur son équilibre.

La nicotine, par exemple, contenue dans les cigarettes, provoque des troubles de la microcirculation. Elle favorise donc la dégénérescence des différentes structures discales de la colonne.

Le stress, surtout s’il est chronique, amène des contractures musculaires. À terme, le dos reste bloqué. La douleur s’installe et les pathologies apparaissent.

La surcharge pondérale, principalement de nature abdominale, pèse aussi sur la colonne vertébrale. En effet, tous les 10 kg, le centre de gravité du corps se déplacent de 2 cm vers l’avant. Ce déplacement contrarie l’équilibre naturel du squelette, et singulièrement de la colonne. Les pressions sur les vertèbres s’accroissent et engendrent des douleurs chroniques.

 

La majorité de la population est un jour ou l’autre confrontée à des douleurs dorsales. Si elles sont communes, elles ne constituent cependant pas une fatalité. Quelques remèdes naturels permettent de les soulager efficacement. De plus, une bonne nutrition, une hygiène de vie correcte et une adaptation de votre posture en évitent une grande partie.

 

[1] auteure et fondatrice du centre « Écoute Ton Corps International »

Écrit par

Tour à tour rédactrice web SEO, stratège éditorial, cheffe de projet web éditorial ou encore copywriter, ma plume se décline au gré de mes envies ou de mes besoins. Spécialiste certifiée en santé naturelle et médecines alternatives mais aussi coach en nutrition et bien-être, je propose une expertise affûtée pour des écrits sérieux et fiables. Passionnée de culture et de DIY, j'aborde aussi volontiers des sujets plus légers mais tout aussi intéressants. Pour recevoir des textes de qualité, contactez-moi sur la plateforme Wriiters

Vous aimerez aussi

Soutenez le magazine