Connect with us

Que recherchez-vous ?

Actu

Le syndrome de la cabane, et si on restait à la maison ?

une cabane au bord de l'eau

Home sweet home, l’expression ne s’est jamais si bien portée depuis le confinement. Certains, poussent l’expression à l’extrême et redoutent, voire refusent, de sortir. Ils sont atteints par le syndrome dit “de la cabane” qui se traduit par la peur de quitter son lieu d’enfermement pour retrouver une vie normale. Mais au-delà du syndrome, serait-ce les prémices d’un autre choix de vie ?

Ma cabane aux USA

L’origine du syndrome de la hutte ou cabin fever, remonte au début du XXe siècle à l’époque de la ruée vers l’or. Au nord des Etats-Unis, les prospecteurs restaient des mois enfermés dans des cabanes à la recherche du précieux métal et d’une vie meilleure. L’expérience était si extrême, qu’angoissés à l’idée de sortir, il leur était impossible de retrouver le chemin de la civilisation. Un siècle plus tard, retournement de situation : les revendications de liberté prennent un tout autre visage au pays de l’oncle Sam. Alors qu’on dénombre 40 000 décès liés au coronavirus, leur président contredit publiquement ses experts en santé publique et donne raison à leurs détracteurs les plus extrêmes.

Manifestation anti confinement aux USA

Manifestation anti confinement aux USA

L’enfer, c’est les autres

A l’heure du déconfinement le syndrome de la cabane explose, le confinement ayant touché la moitié de l’humanité, tous les continents sont concernés. En Chine, une étude a été consacrée au phénomène. Sur 58 000 personnes étudiées, de nombreux problèmes psychologiques comme des crises de panique, des angoisses, de la dépression, ont été constatés. En Espagne, les psychologues s’intéressent de près à ce phénomène et l’expliquent ainsi : “Votre maison est une zone de confort dans laquelle vous vous sentez protégé, à l’extérieur, vous avez peur d’être contaminé. La fin du confinement peut ressembler à la fin d’agréables vacances. Après deux mois sans grand contact social, retourner dans la rue fait peur”.

La Tiny, un nouvel art de vivre

La Tiny, un nouvel art de vivre

L’essayer c’est l’adopter

40% des français n’ont pas envie de se déconfiner et on les comprend ! Échapper à la pression du quotidien est une option confortable et même enviable. Certaines personnes voient là l’occasion de fuir face aux exigences qui règnent en maître dans le monde “adulte”. La pause confinement devient alors une véritable respiration pour les personnalités introverties, l’occasion idéale pour ne plus se contraindre à fréquenter l’autre. Chacun a ses raisons, si le confinement a parfois été vécu comme une parenthèse enchantée, le retour à la vie réelle ressemble bel et bien à l’enfer.

Vivre au vert

Un autre choix de vie

Le syndrome de la cabane est-il la manifestation d’une période transitoire ou exprime-t-il la volonté d’un réel changement ? Pourquoi renoncer à ce rêve qui déjà vous échappe, le regard encore comptable du stock de papier toilette… Comme le confesse ce blogueur, “Nous avons bâti notre petit monde de routines et de jeux, et l’idée que tout cela s’achève me serre désormais le cœur… Ce confinement a changé quelque chose. Il m’a donné l’aperçu d’une autre vie, une vie dans laquelle je ne serais pas obligé de laisser mon bébé à quelqu’un d’autre, de ne la voir qu’un petit peu le matin et un petit peu le soir.” Comme Candide qui cultive son jardin, désormais on peut avouer être heureux… dans sa petite forteresse.

Écrit par

Mes spécialités ? Concevoir, écrire, organiser. Des contenus sur-mesure, pensés pour vos publics, et surtout, à l’écoute de vos besoins. Plume souple et multi-supports, j'adapte mon style à celui de vos lecteurs. De la brève au papier de fond, je rédige tous types de contenus (interviews, articles, programmes, guides annuels ou culturels, dossiers de presse, actus, billets de blog...). Rédactrice pour deux grandes institutions de culture scientifique et technique, j’ai fait mes armes en agence où je suis passée du suivi de prod éditorial à la rédaction. Curieuse de tout, ma culture générale me permet à la fois de créer des concepts et d’écrire sur de nombreux sujets (culture, économie, écologie, santé, société…). Rendez-vous sur mon profil Wriiterspour y retrouver mes articles ou me passer commande.

Vous aimerez aussi

Soutenez le magazine