Connect with us

Que recherchez-vous ?

Actu

École obligatoire ? Stop aux idées reçues ! Et l’Instruction En Famille alors ?

On entend parler partout d’école obligatoire, jusqu’au plus haut de l’État. Dès qu’un enfant avoisine les 3 ans, les proches ne cessent de répéter : “Ah bientôt l’école !” 

Mais comment ça ? Pourrait-on un tout petit peu remettre les choses au clair et rétablir la vérité… L’école n’a jamais été obligatoire ! C’est l’instruction qui s’impose, pas la présence dans un établissement scolaire, qu’il soit public ou privé.

De nombreux parents font chaque année le choix, de dispenser eux-mêmes les apprentissages élémentaires à leur(s) enfant(s). L’instruction en famille est minoritaire et méconnue. Véritable art de vivre, fruit d’une volonté familiale sans faille et source d’un enrichissement exceptionnel.

L’instruction obligatoire

Nous ne pouvons étayer notre sujet, sans se référer directement à la loi Jules Ferry du 28 mars 1882. C’est elle qui dicte l’obligation d’instruction des enfants. Initialement instaurée de 6 à 13 ans, l’âge à progressivement été repoussé jusqu’à 16 ans. Depuis 2019, l’instruction des enfants est devenue obligatoire dès l’âge de 3 ans.

L’article 4, stipule précisément que l’instruction peut être dispensée en établissement public ou privé. Mais aussi en famille, sous contrôle des services de L’Éducation Nationale. Les responsables légaux ont donc le choix, d’inscrire ou non leur(s) enfant(s) à l’école. Ils doivent néanmoins lui permettre d’acquérir, d’une façon ou d’une autre, les compétences attendues d’un enfant du même âge.

L’instruction en famille (IEF) comment ça marche ?

En se basant sur une année scolaire classique, et à la même période qu’ont lieu les inscriptions en maternelle (c’est-à-dire vers le mois d’avril), les parents doivent informer l’administration de leur choix d’instruction en famille. Pour ce faire, il est nécessaire de prévenir la mairie du lieu de domicile, mais aussi le Directeur Académique des Services de L’Éducation Nationale (DASEN). L’inscription doit se renouveler chaque année, et tout changement doit être déclaré dans les 8 jours.

Attention, le maire recense annuellement les enfants en âge scolaire et contrôle leur mode d’instruction. Ce dernier informera le DASEN, si l’enfant n’est ni inscrit en établissement, ni déclaré en instruction à domicile. Les familles risquent alors de lourdes sanctions, correspondant au non-respect de l’instruction obligatoire des enfants.

L’ instruction en famille est accessible à tous, sans aucune restriction. L’enseignement peut être dispensé par les parents eux-mêmes ou par toute autre personne de leur choix. 

Instruction en famille

École à la maison : les contrôles obligatoires

Il faut savoir que l’instruction en famille est très suivie, pour ne permettre aucune dérive et manquement aux apprentissages. En plus des formalités administratives annuelles, les familles doivent se soumettre aux contrôles des administrations compétentes :

  • Tous les deux ans, le maire contrôle la décision d’instruction de la famille. S’informe sur les raisons de ce choix, les justifications ainsi que les conditions d’exécutions. En effet, les familles doivent être concrètement en mesure de dispenser l’enseignement, dans un cadre adapté. Les conditions de vie et de santé de l’ensemble de la famille seront ainsi vérifiées. Il ne s’agit en aucun cas d’un jugement, mais plutôt de s’assurer que l’enfant bénéficie d’un environnement adéquat pour travailler. 
  • Un inspecteur des services académiques contrôlera au moins une fois par an, les apprentissages de l’enfant instruit en famille. Celui-ci doit avancer progressivement et accéder, au fur et à mesure, aux exigences du socle commun jusqu’à ses 16 ans. Au cours de l’entretien, l’inspecteur échange avec les parents, afin d’évoquer leur fonctionnement pédagogique. L’enfant est soumis à une série d’exercices, en fonction de son âge, permettant l’évaluation de son niveau.

L’appréciation de l’inspecteur comme du maire, pourra conduire à une alerte. À terme, l’administration peut contraindre les parents à scolariser l’enfant, dans le cas où l’instruction en famille ne lui permet pas d’atteindre un niveau satisfaisant d’enseignement.

Instruction en famille

Apprendre en famille : quels moyens ?

Au premier abord, il peut sembler difficile d’assurer l’enseignement à domicile, sans les moyens dont disposent les écoles. En fait, avec un peu de recherches et grâce à Internet, on trouve facilement de nombreux supports adaptés à l’école en famille.

Il n’est pas obligatoire de suivre les programmes de L’Éducation Nationale. Les parents sont libres d’aborder les apprentissages par des biais plus ludiques. Expériences, sorties éducatives, manipulation, arts… sont autant de moyens de s’instruire autrement.

Les parents pratiquant l’école à la maison, se regroupent souvent pour proposer des activités pédagogiques. C’est l’occasion d’échanger sur les méthodes d’apprentissage. De nombreuses collections de livres et manuels pédagogiques s’adaptent, et proposent des fiches par thème ou par matière, pour s’exercer et s’évaluer au fil de l’année. Il n’est pas nécessaire d’être assis sur un banc d’école pour développer son esprit !

De la même façon, des matériaux simples, piochés au hasard de la maison ou du jardin, peuvent facilement devenir des objets utiles à l’apprentissage des couleurs, des quantités, des matières… Avec un peu d’imagination, une part de savoir se cache dans toute chose.

Matériel d'apprentissage IEF

Pour les enfants aux profils atypiques, en déplacement constant, ou pour des raisons de santé, l’instruction en famille s’adapte là où l’école peine. Ainsi, il est possible de moduler ses horaires de travail, permettant des soins, la pratique d’un sport ou tout simplement une liberté d’emploi du temps, loin des horaires rigides des établissements scolaires.

Bien sûr, les parents ne sont pas des professeurs, ils n’ont pas toujours, voire jamais l’ensemble des compétences “à la base”. En revanche, c’est ensemble, par l’échange et le partage que les acquisitions se font. Apprendre, c’est aussi chercher des solutions, comprendre ce qui au début semble abstrait… À l’aide de tous les supports à disposition, avec l’inné et l’acquis de chacun, les familles arrivent in fine, a traiter l’ensemble des matières.

Pas à pas et avec méthode, sans se presser ni se frustrer, l’échec est quasiment impossible, pourvu que la volonté y soit ! C’est un indispensable de la réussite de l’instruction en famille. Elle ne peut fonctionner si parents et enfants n’en ont pas l’envie profonde. Aimer apprendre et découvrir mais aussi accepter de s’astreindre à un rythme de travail. Autant de fondamentaux à accepter, si on veut quitter le carcan de l’école classique, qu’elle soit publique ou privée.

L’instruction en famille : la parade à une école en déclin

L’IEF est extrêmement minoritaire et globalement mal perçue de l’extérieur. La majorité des gens, ne comprend pas le choix d’éviter l’école et redouble de phrases du type “Mais et la socialisation alors ?” … Preuve qu’ils n’ont rien compris et ne s’intéressent pas beaucoup au sujet ! L’école c’est facile, on inscrit, on dépose son enfant et on le récupère en fin de journée, fatigué et le crâne bourré d’apprentissages dispensés à la chaîne.

Pourtant, la multiplication des problèmes liés à la scolarisation, tout autant que le constat d’échec de L’Éducation Nationale, ou l’insécurité grandissante des établissements, poussent de plus en plus de famille, à instruire leur(s) enfant(s) autrement.

Mal être à l'école

En dehors des problèmes physiques, beaucoup d’enfants développent un mal-être à l’école, des angoisses voire une phobie. Le harcèlement, l’incompréhension et le manque d’adaptation des équipes enseignantes (faute de moyens), conduisent de nombreux élèves vers l’incapacité scolaire, là ou ils auraient été parfaitement capables…

Certaines familles choisissent de vivre autrement, via le voyage ou la pratique de différents sports ou arts. Les parcours professionnels, peuvent aussi conduire à de nombreux déplacements, la scolarisation classique devient alors chaotique.  Enfin, même sans aucune contrainte, les parents font parfois le choix d’apprendre eux même à leur(s) enfant(s), sans horaires imposés, dans la bienveillance et la pratique.

Contrairement aux établissements très théoriques, bridés par le nombre d’élèves par classe, l’IEF permet d’apprendre autrement. Parce que le jeu et l’expérience, permettent bien souvent de retenir beaucoup mieux que la lecture d’une leçon.

Le but de cet article n’est pas de convertir à l’IEF.  Il est cependant important que chacun soit conscient de ses droits et la possibilité d’instruction en famille n’est mentionnée quasiment nulle part ! Il est fort probable que certains en ignore jusqu’à l’existence ! Arrêtons de tronquer la vérité en parlant d’école obligatoire. Les mots ont du sens et beaucoup les prennent à la lettre, les minorités sont souvent ignorées, prenant la majorité pour une généralité. La société est ainsi faite, mais il est permis de la bousculer…

Écrit par

Polyvalente, je gravite dans les sphères du web, bercée aussi bien par ma fibre littéraire qu'artistique. Du bout de ma plume, lorsque je n'esquisse pas un logo, j'écris des articles à découvrir sur Wriiters. Toujours avec passion, perfectionnisme et attention...

Vous aimerez aussi

Soutenez le magazine