Connect with us

Que recherchez-vous ?

Actu

Bref, mes copines ont organisé mon enterrement de vie de jeune fille

Il est à peine six heures du matin quand un bruit sourd me sort de mon sommeil. Serait-ce encore nos voisins, étudiants colocataires qui ne savent pas comment finir leur soirée ? Non, c’est bien plus près que ça. Je me lève, me dirige vers mon salon et découvre à ma grande surprise que toutes mes copines sont là avec une banderole « EVJF de Magalie ». Je comprends mieux pourquoi mon copain voulait absolument ne rien avoir de prévu ce week-end.

Une fête surprise dans mon salon

Après avoir reçu une grande salve de cotillons, de serpentins et de confettis dans les cheveux, je termine de descendre les escaliers pour aller saluer cette superbe assemblée. Non ! Elles n’ont pas fait ça tout de même ? J’ai 1 m de mousse dans mon salon. La musique électro et les spots de lumières donnent à ma maison des airs de boîte de nuit parisienne. Mes amies ont entièrement refait la déco chez moi pendant la nuit.

Un parcours du combattant

Après avoir pris une douche pour enlever les traces de Nutella, d’œufs, d’huile et de farine qu’elles m’ont allègrement renversées sur la tête je cherche des vêtements pour m’habiller. Mais c’était sans compter sur mes copines qui avaient visiblement déjà choisi la tenue de ma journée. Je découvre avec stupéfaction que je vais être déguisée en lapin « play-boy ». C’est assez plaisant, je dois dire, sauf éventuellement si on a prévu de vous faire réaliser un parcours du combattant en forêt et en talons aiguilles. Mais où vont-elles trouver toutes ces idées ?

L’instant « plaisir »

Heureusement qu’elles se soucient de mon bien-être et qu’elles avaient prévu de privatiser un grand spa pour nous toutes avec champagne et fraises. J’ai eu le privilège d’être massée, gommée, enduite d’argile rose et cellophanée. Durant le temps où j’étais prisonnière de mes bandes de plastique, elles ont fait défiler l’ensemble des vibromasseurs sur un site web spécialisé, et ont décidé d’en faire livrer un à l’étude d’avocat dans laquelle je travaille sans indiquer de nom pour que les secrétaires soient obligées de l’ouvrir, bien entendu. Fort heureusement, la soirée en boîte de nuit s’est très bien passée. Merci les copines !

Écrit par

Éditrice de magazine ! Rédactrice Web dans le domaine de la mode, les tendances GeeK et les chaussures, surtout les chaussures.

Vous aimerez aussi

Soutenez le magazine