Connect with us

Que recherchez-vous ?

Loisirs

A Tchernobyl, le tourisme nucléaire est tendance

Vue de Pirpyat

L’an dernier, 50 000 personnes, dont 70% d’étrangers ont visité Tchernobyl, une fréquentation en hausse de 35% par rapport à 2016… et de 350% par rapport à 2012*. L’association des tours-opérateurs s’attend à comptabiliser plus de 100 000 visiteurs pour l’année 2019. Irradiée abandonnée et contaminée, la zone d’exclusion de Tchernobyl est une terre de désolation. Malgré tout, le tourisme post catastrophe nucléaire a le vent en poupe.

Un site touristique en développement

Aujourd’hui, 60 à 70% des touristes qui visitent l’Ukraine veulent voir Tchernobyl. La zone autour de la centrale est inhabitable sur un rayon de 30 km mais une petite partie est ouverte aux visiteurs dont la rivière qui contourne le site. En juillet, le président Ukrainien Volodymyr Zelensky a signé un décret pour développer le tourisme sur le site. Un dôme métallique s’impose, immense : c’est le sarcophage placé sur le réacteur numéro 4 qui a explosé le 26 avril 1986 à 1h23 du matin et qui s’inscrit dans l’histoire comme l’un des pires accidents nucléaires.

Souvenirs de Tchernobyl, posts Instagram

Le devoir de mémoire

Le site de Tchernobyl envahi par les touristes du monde entier doit son attractivité à la série télévisée éponyme. Les visiteurs, soucieux d’immortaliser leur venue en ces lieux, se prennent en photo avec en arrière plan, un espace devenu célèbre, pour peu qu’il ait été vu à l’écran. La série Tchernobyl qui a rencontré un énorme succès, est déjà considérée par certains comme la meilleure de tous les temps. A l’entrée principale de la zone d’exclusion un kiosque de souvenirs propose des t-shirts décorés de symboles de radioactivité noire et jaune et des masques à gaz soviétiques. Craig Mazin, le créateur de la série, a dû intervenir sur les réseaux sociaux pour rappeler les curieux au devoir de mémoire : “souvenez vous qu’une terrible tragédie a eu lieu ici et comportez vous avec respect pour tous ceux qui ont souffert et se sont sacrifiés”.

Craig Mazin rappelle au devoir de mémoire sur twitter

Une ville figée dans le temps

Un compteur Geiger prêté à chaque visiteur pour la journée permet de faire ses propres relevés. A certains endroits de la zone d’exclusion située autour de la centrale, la radioactivité est bien plus importante et le compteur Geiger s’affole. Pirpyat, située à 3 kilomètres de la centrale, a été évacuée trente six heures après l’explosion. Cette ville autrefois habité par 50 000 personnes dont beaucoup travaillaient dans la centrale est devenue une ville fantôme. La végétation a repris tous ses droits la ville est aujourd’hui en ruine. A détour d’une rue, on tombe sur les vestiges d’une piscine municipale, une salle de spectacle, une grande roue, des inscriptions en cyrillique… un peu plus loin on découvre une aire de jeu où les enfants de Pirpyat jouaient autrefois.

Une ville figée

Un “Tchernobyl tour” prometteur

L’Ukraine doit composer avec une situation économique extrêmement dure, “Tchernobyl tour” est une véritable mine d’or pour l’économie locale. Plusieurs agences de voyages ukrainiennes offrent des excursions d’une durée d’un à sept jours dont les prix varient entre 25 et 650 euros et proposent différentes formules de visites guidées dans la zone d’exclusion. Si beaucoup de touristes viennent en Ukraine uniquement pour visiter Tchernobyl, les guides, eux, espèrent désormais obtenir un classement au patrimoine mondial de l’UNESCO.

*Source AFP

Écrit par

Mes spécialités ? Concevoir, écrire, organiser. Des contenus sur-mesure, pensés pour vos publics, et surtout, à l’écoute de vos besoins. Plume souple et multi-supports, j'adapte mon style à celui de vos lecteurs. De la brève au papier de fond, je rédige tous types de contenus (interviews, articles, programmes, guides annuels ou culturels, dossiers de presse, actus, billets de blog...). Rédactrice pour deux grandes institutions de culture scientifique et technique, j’ai fait mes armes en agence où je suis passée du suivi de prod éditorial à la rédaction. Curieuse de tout, ma culture générale me permet à la fois de créer des concepts et d’écrire sur de nombreux sujets (culture, économie, écologie, santé, société…). Rendez-vous sur mon profil Wriiterspour y retrouver mes articles ou me passer commande.

Vous aimerez aussi

Soutenez le magazine