Connect with us

Que recherchez-vous ?

Société

J’ai survécu à la covid-19 : retour de l’individualisme !

retour de l'individualisme après la crise du covid-19

Toute crise a le don de rapprocher les individus. Vivant le même événement, les mécanismes changent. Chacun ne se voit plus comme une entité unique mais comme faisant partie d’un grand tout. Alors les liens se créent, la solidarité émerge face à une situation exceptionnelle. Le pays s’est transformé pendant plusieurs semaines.

Pourtant, le déconfinement a mis en évidence de nouveaux comportements. Exit cette belle solidarité et retour d’un individualisme encore plus violent qu’avant cette crise sanitaire.

Le sentiment de surpuissance

Si la covid-19 a fait de nombreuses victimes, ceux qui ont échappé à cette maladie peuvent s’en féliciter. Mais le phénomène observé va bien plus loin. Les survivants se sentent désormais comme des personnes exceptionnelles capables de traverser des crises sans encombre.

Si cette chance pourra être saisie par certains pour démarrer une nouvelle vie plus proche des autres et de la nature, la majorité choisit davantage d’exprimer sa puissance. L’individu s’offre de nouveaux droits puisqu’il le mérite. Le survivant peut sortir quand il veut, où il veut, se réunir sans suivre les règles sanitaires. Ce sentiment de puissance n’est pas sans danger. Lorsque l’impression d’être intouchable est telle, les conséquences peuvent être désastreuses.

Pourtant, le survivant montre qu’il est là. Masques et gants jetés dans la rue sont aussi bien des preuves de son incivilité que de son individualisme. Peu importe les risques de propager le virus avec ces actes. L’objectif est avant tout de montrer qu’il est là, qu’il a su résister et donc que sa liberté n’a plus de limites. La sur-expression de soi passera donc par ces gestes malheureux, une façon de crier sur les toits qu’un nouveau survivant est passé par là.

La puissance du survivant à la covid-19

Dénigrer les héros

Alors qu’il y a quelques semaines, les Français étaient à leur balcon pour saluer le courage des soignants, la fin de cette crise change tout. Ces héros ont bien vite été oubliés et avec eux les sacrifices qu’ils ont dû faire pour sauver autant de personnes.

Les remerciements et les hommages sont oubliés au profit de reproches et de commentaires choquants. Car l’individu a retrouvé sa force. Il se sent invincible puisqu’il a su éviter ce virus. Oubliant certainement que tout ceci a été possible grâce au confinement et aux efforts de ces soignants.

Cela importe peu le survivant qui voit avant tout son propre point de vue. Il n’a pas besoin de cette aide puisqu’il est toujours en vie actuellement. Oubliés, dénigrés ces héros ! Qui bien entendu seront rappelés en cas de 2e vague. L’individu ne fonctionne que selon ses besoins. Dans la société actuelle, les intérêts personnels priment sur la solidarité. On use des moyens, qu’ils soient humains ou matériels, puis ils laissent place à un individualisme abject.

Les leçons de la crise ?

Les bons sentiments se sont multipliés pendant cette crise car lorsque les Humains sont acculés, ils se remettent en question. Pour autant, peu d’entre eux changeront de voie à la sortie de la crise. Pollution ? Aucun changement dans les comportements alors que nombreux étaient ceux qui saluaient le fait que « la Nature reprenait ses droits ».

Reconnaissance des soignants ? Merci pour votre aide et au revoir. Rien ne changera et on reproche déjà les primes versées à ces héros. Alors que toute la population ne reçoit pas de prime, les commentaires négatifs et la haine se propagent. Peu importe les qualités de ces Hommes, chacun en revient à sa petite personne, oubliant le bel esprit collectif qui animait la France.

Changer de vie ? Non merci, chacun reprend sa vie comme si le covid-19 n’avait été qu’une parenthèse dans une vie parfaite !

Une société encore plus individualiste

Un individualisme exacerbé

Vous aviez souffert de l’individualisme avant la covid-19 ? Voici la version moderne, encore plus violente. Tout d’abord, chacun fonctionne seulement pour lui mais les interactions prennent fin également. Masque oblige ? Pas seulement ! L’individu n’a plus envie de communiquer. Par peur de l’autre certainement, mais surtout parce qu’il souhaite désormais assurer sa survie, conserver ce sentiment grisant de surpuissance. S’il découvre que chaque individu lui ressemble, il pourrait disparaître.

Alors l’individualisme arrive au niveau supérieur. Fin du collectif, ne cherchez pas de liens, ils ont disparu. Triste nouvelle pour la société où chacun vivra à côté de l’autre. Et non pas avec l’autre !

 

Écrit par

Femme de convictions, sociologue passionnée par la société et les comportements humains, j'aime rédiger sur les thèmes qui s'y rapportent. Immobilier, écologie, santé, société ont donc mes faveurs. Affûtant mes armes de professionnelle de l'écriture depuis des années, j'aime participer à la réussite de mes clients mais aussi dénoncer ou déranger. Entre deux textes, je dépose ma cape de super-rédactrice pour adopter le costume de la fan inconditionnelle de séries et de fromages. Retrouvez mes articles prêts à être publiés sur vos sites ou passez-moi commande sur Wriiters

Vous aimerez aussi

Société

La pandémie que nous vivons est inédite. Pour faire face à la crise, les élans de solidarité se multiplient. Si l’épidémie de Covid-19 révèle...

Actu

Ni la chloroquine, ni son dérivé l’hydroxychloroquine ne se montrent efficaces contre le Covid-19. L’étude parue le 21 mai dans The Lancet, revue scientifique...

Actu

Sommaire0.1 Le 20 mars dernier, la proposition du ministre de l’Économie Bruno Le Maire avait trouvé écho dans les entreprises de la grande distribution....

Actu

La crise sanitaire que nous traversons a définitivement fait changer notre perception face aux mesures sanitaires, tousser et éternuer dans notre coude sont devenus...

Soutenez le magazine